Sur la nature des «reformes» en Grèce : impôts et cotisations

Dans la plupart des pays occidentaux il n’y a pas de véritable connaissance de la nature des «réformes» mises en œuvre en Grèce. J’ai eu récemment une discussion avec des amis français, généralement favorables au pays, mais convaincus que le «Grec» fraude de manière systématique, instinctive et sans scrupules. Je leur disais qu’au contraire, la plupart de la population est surtaxée, sans pouvoir les convaincre.

A force d’arguments, la conversation a dévié en comparaison chiffrée qui vaut la peine d’être regardée pratiquement, pas comme les statistiques de l’OCDE, mais comme nous regardons notre bulletin d’imposition fiscale.

Pour éviter  les disparités, nous avons pris l’exemple d’une profession libérale, qui  fait  un bénéfice annuel net de 25.000 €. Notre professionnel était célibataire sans enfants ou d’autres charges et sans réductions spéciales d’impôt, ce qui correspond à une «moyenne» de contribuable européen d’environ 40 ans. Il a une structure de type SARL et il pourrait être ingénieur, avocat, économiste, comptable, architecte, plombier. Nous avons ensuite calculé ses impôts et cotisations sur les sites officiels de deux états.

Impôt sur le revenu

Dans la figure ci-dessous on voit l’imposition fiscal du « Français ». Impôt sur le revenu 2.142 €, soit, 8,57% du revenu.

Le «Grec» paiera 3,5 fois plus, soit 7.250 €, 29% de son revenu. Sans compter l’avance d’impôt pour l’année suivante, qu’il va devoir verser dans l’année en cours (encore 7250 €). Cette avance de 100% de l’impôt au titre de l’année prochaine, sera comptabilisée l’année d’après, mais si l’entreprise est nouvelle elle va falloir trouver 58% de son revenu a payer au fisc en attendant l’année suivante.

Cotisations

D’après le site de la CIPAV le «Français» versera – CSG  comprise –  7.696 €, soit 31%  du revenu. En revanche, le « Grec » paiera  8.987 €, soit 36% de son revenu.

Conclusion

Dans l’ensemble, notre profession libérale versera en France environ 9.838 €, soit 39,3% de son revenu en impôts et cotisations et en Grèce  (sans tenir compte de l’avance d’impôt au titre de l’année prochaine) 16.237 €, soit 65%  de son revenu. Le «Français» va continuer à travailler pour améliorer sa situation, peut-être fera-t-il aussi des enfants alors que le «Grec» va fermer ou délocaliser sa boite en Bulgarie.

Postscriptum 1

Nous avons quand même fini par nous mettre d’accord que le «Grec» n’était déjà pas bien dans sa tête de conserver une activité dans ces conditions …

Postscriptum 2

Après les récentes primaires, François Fillon semble le président le probable pour la France. Dans la presse grecque il a été  présenté quasiment comme un néolibéral sur le plan économique, socialement conservateur et un brin autoritaire. Cependant sa réforme, du temps ou il fut Ministre des affaires sociales en France, était beaucoup plus douce que celle qui se déroule actuellement en Grèce par un gouvernement de «gauche». Et je doute fort qu’il propose aux français une politique de préemption  du 65% du revenu des travailleurs indépendants en impôts et cotisations.  Comme quoi les apparences et les appellations sont trompeuses …

Νίκος Σταθόπουλος

Πολιτικός μηχανικός, Συγκοινωνιολόγος

O Νίκος Σταθόπουλος είναι διευθυντής ερευνών στο Εθνικό Κέντρο Επιστημονικών Ερευνών της Γαλλίας - Πρώην γενικός γραμματέας υπουργείου Υποδομών, Μεταφορών και Δικτύων.
Νίκος Σταθόπουλος